Au fil des décennies, l'armurerie James a évolué, s'est agrandie et a su s'adapter avec son temps en ne perdant jamais de vue votre satisfaction.

2013 : La transmission

C'est dans un souci de continuitéque Jean-Claude James transmet son armurerie à trois de ses employés.

2012 : Le James One Shot

Le fusil de traque et de vénerie.

Le fusil James One Shot est une arme courte, légère et puissante destinée à être utilisée lors des fermes.
L'idée : "Jamais chagé, toujours près à tirer..."

2011 : GPA James

Désormais, la puissance a un nom...

La maison James a choisi cette cartouche Française pour son efficacité hors norme. Afin d'améliorer les performances de cette munition, nous lui avons apporté un traitement de surface par molycotage (dépôt de cristaux de bisulfure de molybdène) qui augmente la régularité de sa vitesse et réduit le frottement, améliorant ainsi la longévité de votre arme.

2009 : 185ème anniversaire

Pour marquer cet événement, la Trilogie est composée...

Avec ces armes, c'est toute la sensibilité, la féminité et le savoir faire de l'armurière qui s'exprime au travers de cette trilogie.

2007 : Nouvelle recrue

Avec l'agrandissement une nouvelle force vive est nécessaire.
Pauline Zacharie, seule femme en France titulaire d'un Brevet des Métiers d'Art, section Armurerie, rejoint la Maison James.

2007 : L'express Traqueur One

Une arme légère, puissante et maniable.

Dans notre Morvan, le terrain est rude, les sangliers durs à sortir des épais fourrés d’épines.
Les traqueurs attendent beaucoup d’une arme «rayée» puissante, légère, courte, facilement transportable, d’un bon rapport qualité/prix. Nous avons demandé à la Société Verney-Carron s’il était possible de réaliser cette arme qui saura se faire oublier sur le dos grâce à une bretelle spécifique.

2006 : Agrandissement

Pour répondre à la demande et apporter plus de confort, l'armurerie s'agrandie.

En utilisant les anciennes forges, la maison James dispose désormais d'une véritable salle d'arme dans laquelle vous trouverez certainement celle que vous cherché.

2005 : Arrivée sur Internet

Pour plus de proximité avec sa clientèle, l'armurerie lance son site Internet.

Ce site permet une meilleure transmission de l'information de l'armurerie James à ses clients.
Vous trouvez sur celui-ci tout ce qui concerne la maison James comme :
- son actualité
- ses promotions
- ses occasions
- ses armes fines et bien plus encore...

1978 : De père en fils

Jean-Claude James reprend la boutique de son père.

C'est tout naturellement que Henri James transmet l'armurerie à son fils Jean-Claude, passionné par les armes et le commerce.

1975 : Création de la société Lynx

Cette société est spécialisée dans le rechargement des munitions rayées.

Jean-Claude James dépose plusieurs brevets de presses et de moules pour le rechargement des munitions rayées et lance la société Lynx.
Il recevra pour cela en 1977 le Mercure d'Or, récompense décernée par le Ministère du Commerce et de l'Artisanat, au titre de l'inovation commerciale.

1970 : Entreprise familiale

Jean-Claude James rejoint l'armurerie. C'est à l'age de 21 ans, après son apprentissage à l'école d'armurerie de St Etienne, que Jean-Claude rejoint son père Henri à l'armurerie.

1945 : Premier héritage familiale

Antonin James passe la main à son fils Henri.

Henri James, formé en apprentissage d'armurerie à St Etienne, succède à son père Antonin et ouvre un rayon "armes" au sein de la boutique familiale.

1905 : Entrée de la famille James

Antonin James reprend la maison de son employeur.

Antonin James, employé de monsieur Vauthier, reprend la maison qu'il marque de son titre de président de la commission d'apprentissage des couteliers de France et de la publication d'un manuel technnique de coutellerie.

1860 : Première transmission

Entre Monsieur Vauthier et Monsieur Asselineau.

Louis Vauthier, séduit par la ville lors de son tour de France d'apprentissage, s'installe à Autun et succède à Monsieur Asselineau.

1824 : La création

Monsieur Asselineau s'installe

Monsieur Asselineau ouvre une boutique de coutellerie au 51, rue Aux-Cordiers, à Autun, lieu ou se trouve toujours l'armurerie actuelle.

RETOUR